L’assurance vie est un formidable outil pour investir TRÈS facilement et je vais vous la présenter plus en détail pour que vous puissiez la comprendre.

En effet, lorsque l’on parle d’assurance vie, les fonds euro y sont associés. Or, vous n’avez pas à investir dans un fonds euro, d’autant plus qu’aujourd’hui ils rapportent environ 1 % par an, alors qu’une assurance vie peut vous rapporter jusqu’à 8 %.

Je reviendrai également sur sa fiscalité et ses petits défauts. Pour finir, comme pour le PEA, je vais vous proposer 2 stratégies d’investissements avec une liste d’assurances vie prometteuses.

À la fin de l’article, je souhaite que vous ayez compris le fonctionnement d’une assurance vie et que vous puissiez vous lancer. Vous retrouverez également des bonus de parrainages si vous le souhaitez passer à l’action.

Disclaimer : Avec l’assurance vie, vous investissez sur des outils financiers qui comportent des risques de perte en capital. Veillez à ne pas investir de l’argent dont vous avez besoin pour vivre. Je vous invite à lire mon article sur l’épargne de précaution avant d’investir.

Qu’est-ce que l’assurance vie ?

Une assurance vie est un contrat d’épargne entre vous et un assureur. Vous confiez votre argent à un assureur pendant une période définie ou à vie. Cet argent est investi en fonction des termes prévus entre vous et votre assureur répartis entre des fonds euro (fond sécurisé à rendement faible) et des unités de comptes.

Il existe 3 types d’assurances :

  • assurance en cas de vie
  • assurance en cas de décès
  • un mixte des deux

L’assurance en cas de vie est un outil d’investissement, le contrat vous est destiné de votre vivant.

L’assurance en cas de décès est une garantie pour vos proches dans le cas où vous décéderiez. Elle est utilisée pour la succession, car l’assurance vie est intéressante sur ce point comme nous le verrons un peu plus loin.

Qu’est-ce qu’une unité de compte ?

Si vous vous intéressez à l’assurance vie, ce terme un peu partout est familier. Il s’agit d’un terme générique pour désigner différents types d’investissements :

  • Actions
  • Obligations
  • Immobilier au travers de SCPI
  • Les matières premières (or, pétrole…)
  • Ou un mélange de tout ça

Pour rappel, une obligation est une dette d’entreprise ou d’état. Une obligation a une date remboursement prévu et un taux d’intérêt.

De son côté, une SCPI est une Société Civile en Placement Immobilier. La SCPI est une forme d’entreprise de gestion immobilière. Un investisseur qui achète des parts de cette société percevra une partie des loyers perçus par la SCPI.

Gestion pilotée vs gestion libre

Il existe deux grandes classes d’assurance vie, la gestion pilotée et la gestion libre.

Gestion pilotée

Avoir une assurance vie en gestion pilotée veut simplement dire que vous déléguez le choix de vos placements. Vous définissez, lors de l’ouverture de votre assurance, la stratégie globale de votre investissement.

L’entreprise ou la personne en charge de la gestion pilotée va faire le choix des instruments financiers adapté à cette stratégie. L’inconvénient de cette approche est qu’elle présente des coûts supplémentaires.

Gestion libre

En gestion libre, vous devez faire vos choix d’investissements par vous-même. Vous limitez les frais, mais vous avez la responsabilité d’investir les sommes d’argent que vous mettez sur votre assurance vie. Cela demande plus de connaissances.

L’assurance vie : un secteur en pleine révolution

Pendant très longtemps, l’assurance vie n’avait que très peu évolué. L’assurance vie était dominée par les banques et assureurs traditionnels qui n’hésitaient pas à facturer des tarifs élevés. Mais depuis plus de 10 ans, les banques en ligne puis les fintechs sont venues mettre un coup de pied dans la fourmilière.

L’apparition des banques en ligne a participé à réduire une première fois le coût des assurances vie, la plupart d’entre elles ne proposant plus de frais d’entrées.

Depuis quelques années, un nouveau type d’acteur est arrivé sur ce marché : les fintechs. Elle utilise la technologie et les ETF (rappel un peu plus bas) pour casser les prix et propose une expérience utilisateur plus intéressante aux investisseurs. En fonction de votre objectif et de votre tolérance aux risques, elle vous propose des profils d’investissements pouvant vous correspondre.

Petit récapitulatif des frais moyens, pour une assurance vie en gestion pilotée, en fonction des acteurs :

  • Les banques traditionnelles : 2 % à l’entrée puis 3 % par an
  • Les banques en ligne : 0 % à l’entrée puis 3 % par an
  • Les fintechs : 0 % à l’entrée puis 1,5 % par an

Parmi ces nouveaux acteurs, nous trouvons Yomoni, Nalo et WeSave.

Rappel sur les ETF

Pour rappel, les ETF sont des fonds qui répliquent un indice. Par exemple, pour un ETF répliquant le CAC 40, si le CAC40 est composé de 10 % de LVMH, 5 % de Total, 5 % de Sanofi, et bien le fond contiendra exactement 10 % de LVMH, 5 % de Total, 5 % de Sanofi. La gestion de ses fonds étant particulièrement simple, les frais sont relativement faibles (0,1 % à 0,4 % par an).

Avantages et inconvénient de l’assurance vie

L’assurance vie possède un certain nombre d’avantages. Le plus grand d’entre de ces avantages est la facilité avec laquelle vous pouvez investir. Cependant, tout n’est pas rose pour autant, l’assurance vie vient avec quelques défauts.

Investir n’a jamais été aussi facile

Si vous décidez d’investir en gestion pilotée, vous confiez votre capital à un gestionnaire de fonds qui va se charger de réaliser les investissements à sa place. Il suffit à l’investisseur de mettre en place un virement automatique. Il n’a alors plus rien à faire. Chaque mois, l’assureur va prélever la somme convenue et l’investit automatiquement.

Tant que vous gardez votre assurance vie ouverte, vous n’avez strictement rien à faire.

Le point faible de cette approche : la gestion pilotée engendre des frais supplémentaires. Cependant, il existe aujourd’hui des solutions de gestion pilotée abordable grâce aux fintechs.

Un choix fin du niveau de risque

L’assurance vie permet depuis de définir le niveau de risque souhaité dans le cadre du contrat d’assurance vie. Il est aussi possible d’investir dans :

  • des fonds euro sécurisé, mais avec des rendements faibles
  • des unités de compte plus rémunératrices, mais aussi plus risqué. 
  • un mélange des deux

Par exemple, Yomoni propose 10 profils d’investissement allant du plus sécurisé composé de 100 % de fonds euro, au plus agressif composé de 100 % d’action.

Yomoni profil
Yomoni profil

Dont voici les résultats entre 2016 et 2020 :

Yomoni performance
Yomoni performance

Attention aux frais de gestions

Le premier point noir d’une assurance vie est les frais appliqués. Une assurance vie en gestion pilotée, nous cumulons ainsi trois frais différents :

  1. Les frais de garde de l’assurance vie, de 0,5 % à 0,75 % par an 
  2. Les frais de gestion, de 0,2 % à 1 % par an 
  3. Les frais des unités de compte, de 0,2 % à 2,5 %  par an

Une assurance vie avec gestion libre, nous cumulons uniquement 2 types de frais :

  1. Les frais de garde de l’assurance vie, de 0,5 % à 0,75 % par an 
  2. Les frais des unités de compte, de 0,2 % à 2,5 %  par an

Dans une banque traditionnelle ou en ligne, les frais peuvent être de plus de 3,5 % par an. Les fintechs proposent des frais de 1 % à 1,8 %, ce qui les rend particulièrement compétitives.

Vous l’aurez compris, avec tous ces frais, si votre but est d’investir uniquement en bourse au travers de l’assurance vie, ce n’est probablement pas l’outil approprié. Vous devriez vous tourner vers le PEA qui lui a très très peu de frais.

Le cas improbable du blocage des retraits

La loi Sapin 2 autorise le Haut Comité de Sécurité Financière à prendre des mesures exceptionnelles en cas de crise financière grave. Ce comité peut ainsi imposer, à une compagnie d’assurance vie, la mise en place de mesures temporaires :

  • Limiter les dépôts aux fonds euro de votre contrat
  • Suspendre ou restreindre les retraits de votre  assurance vie
  • Limiter la distribution de dividendes

En théorie, vous pourriez vous retrouver avec votre assurance vie bloqué, cela ne veut pas dire que vous ne retrouvez pas votre argent. Mais il faut en avoir conscience et ne pas mettre tous ces œufs dans le même panier !

La fiscalité de l’assurance vie

L’assurance vie a une fiscalité un peu plus complexe que celle du PEA, je vais aborder la fiscalité en cas de retrait et en cas de succession pour une assurance vie ouverte aujourd’hui.

Pour les versements effectués avant le 17/09/2019, je vous laisse consulter cet article. Tout comme pour le PEA, vous n’êtes imposé qu’à la sortie, ce qui est un avantage important.

Une exception tout de même : Chaque année, les intérêts gagnés au travers de la partie de votre assurance vie en fonds euros sont soumis aux prélèvements sociaux de 17,2 %. L’assureur se charge de gérer la déclaration de ces prélèvements.

Pourquoi être imposé à la sortie est-il plus avantageux ?

Prenons deux exemples simples pour comprendre, nous plaçons 10 000 € pendant 10 ans à 10 % d’intérêt brut :

  1. Dans le premier cas, nous sommes imposés à la sortie de 30 %
  2. Dans le second cas, nous sommes imposés chaque année de 30 %

Finalement, nous finirons à 21 115,90 € dans le premier cas et à 19 672 € dans le second cas. Soit une perte de 1 483,9 € dans le cas d’une imposition annuelle. C’est la grande force des intérêts composés que nous avons développés dans l’un de mes articles.

Si vous souhaitez le détail des calculs, allez voir l’article suivant.

Fiscalité en cas de retrait avant 8 ans

Le retrait partiel de votre assurance est tout à fait possible et n’entraîne pas la fermeture de votre contrat. Avant 8 ans, vous serez soumis à la flat-tax à 30 % :

  • 12,8 % d’impôt sur le revenu
  • 17,2 % de prélèvements sociaux

Fiscalité en cas de retrait après 8 ans

C’est là que les choses deviennent plus intéressantes (et complexes). Chaque année, vous disposez d’un abattement de 4 600 € sur les intérêts retirés (9 200 € pour un couple marié ou pacsé).

Prenons en exemple :

  • vous aviez déposé 20 000 € de capital il y a 8 ans
  • vous avez aujourd’hui 30 000 €, soit 10 000 € « d’intérêts » soit 1/3
  • vous pouvez alors retirer 13 800 € sans payer d’impôt par an
    • 9 200 € de capital (2/3)
    • 4 600 € d’intérêt (1/3)

Au-delà de ce montant d’abattement, vous serez imposé à 24,70 % pour les premiers 150 000 € de capital :

  • 7,5 % d’impôt sur le revenu
  • 17,2 % de prélèvements sociaux

Après ces 150 000 €, vous serez imposé à 30 %.

Vous comprenez immédiatement que vous pouvez optimiser votre fiscalité en utilisant votre abattement de 4 600 € « d’intérêts » par an.

Fiscalité à la succession

L’assurance vie est très utilisée pour transmettre son patrimoine.

Pour tous les contrats ouverts et les sommes amenés avant 70 ans, sachez que vous pouvez transmettre jusqu’à 152 500 € par bénéficiaire, sans droits de succession (par enfant par exemple).

Entre 152 500 et 852 500 euros, il y a un taux libératoire de 20 %, et 31,25 % au-delà. Les intérêts sont pris en compte dans ces montants.

Pour tous les contrats ouverts et les sommes amenés après 70 ans, les droits de succession s’appliquent après un abattement de 30 500 € sur les montants investis. Les intérêts obtenus ne sont pas soumis à droit de succession, mais uniquement aux prélèvements sociaux.

Sortie sous forme de rente viagère

Je le mentionne pour être complet, mais je ne souhaite pas le détailler. Il est possible de sortir d’une assurance vie sous forme de rente. Son avantage principal réside dans l’abattement fiscal sur la rente en fonction de votre âge (jusqu’à 70 % après 70 ans) qui peut être avantageux pour les grosses assurances vie.

Choisir son assurance vie en fonction de votre stratégie

L’assurance vie peut avoir plusieurs objectifs, elle permet, par exemple, placer une partie de votre épargne de précaution avec rendement supérieur au livret A (0,5 % en 2020), ce sera la première stratégie que nous analyserons.

Mais l’assurance vie peut aussi être intéressante pour investir à long terme, son gros avantage est que cet investissement peut être passif.

Stratégie 1 : Votre épargne de précaution

J’ai déjà rédigé un article sur le sujet de l’épargne de précaution, allez lire l’article si vous souhaitez retrouver toute l’explication.

L’épargne de précaution

L’épargne de précaution est le montant que vous conservez en cas de coup dur (accident, perte d’emploi, etc..). Je vous encourage à garder l’équivalent de 4 et 6 mois de dépenses.

Il ne faut pas investir majoritairement sur des actions, car il n’est pas question de perdre 20 % lors d’un krach boursier. C’est justement dans ces périodes que l’on est le plus susceptible de perdre son emploi !

La stratégie à adopter

Il faut donc choisir un risque assez faible. Pour cela, il est important de conserver environ 2 mois de dépense sur un livre, disponible immédiatement (Livret A, Livret Développement Durable).

Mais, pour le reste, rien de vous empêche de placer votre épargne de précaution pour avoir un minimum de rendement. Et l’assurance vie est parfaite pour ça !

Vous pouvez obtenir un rendement entre 3 % et 4 % par an avec un risque faible. Pour cela, vous devriez investir dans une assurance vie avec assez peu de risque, par exemple, avec 30 % d’actions et autant d’obligations.

Pour ce type de placement, le placement le plus adapté est Yomoni qui propose des frais attractifs en gestion pilotée pour les profils les moins risqués. Par exemple :

  • Le profil P3 (20 % d’action et 20 % d’obligation) a 1 % de frais annuel. 
  • Le profil P4 (30 % d’action et 30 % d’obligation) a 1,2 % de frais annuel.

Pourquoi Yomoni ? Ce sont les seuls à présenter des frais plus faibles pour des profils peu risqués.

Personnellement, j’ai une assurance vie avec le profil P4 chez Yomoni pour mon épargne de précaution.

Stratégie 2 : Pour investir à long terme

L’assurance vie est un outil simple et abordable. Si vous voulez investir à long terme sans avoir à réfléchir plus de quelques minutes au total, alors vous devriez vous y intéresser. Par contre, la contrepartie sont les frais de gestion qui vont réduire votre performance.

D’ailleurs, si vous souhaitez être à 100 % investi sur les actions, l’assurance vie n’est pas le meilleur investissement, même s’il reste le plus simple.

Vous devriez vous tourner vers le PEA, qui lui n’a que très peu de frais. J’ai d’ailleurs rédigé un article complet sur le Plan Épargne Action, dans lequel je donne des exemples d’investissements.

Rappels sur l’investissement à long terme

Lorsque je parle d’investissement à long terme, le minimum est de 5 ans et je vous conseille au moins 10 ans. En effet, investir à court terme sur des profils risqués est véritablement… risqué.

Vous me direz « oui, c’est évident », mais il faut en avoir pleinement conscience. Si vous avez besoin de cet argent au bout de 2 ans, il peut avoir perdu 30 % de sa valeur.

Sur une longue période, le risque est beaucoup plus faible et en moyenne votre assurance vie se valorisera de 5 % à 8 % par an (soit de 62 % à plus de 115 % en 10 ans).

Petite anecdote : J’ai eu le bon goût d’investir sur une assurance vie en attendant un investissement immobilier. Vous savez quand l’ouverture a été effective ? Le 16 mars 2020, le jour de début du confinement, les bourses ont dévissé pendant plusieurs semaines.

Résultat : Plusieurs milliers d’euros perdus. L’histoire se finit bien, car si l’on résilie son assurance vie dans les 30 jours, on bénéficie du délai de renonciation. Et l’assureur nous rembourse INTÉGRALEMENT la somme versée.

Stratégie à long terme

Avec une stratégie long terme, on peut se permettre d’avoir beaucoup d’actifs risqués, mais plus rémunérateurs. Pour faire simple, cela veut dire plus d’actions.

Dans le cadre d’un investissement à long terme, les choix qui s’offrent à vous sont plus nombreux. 

Mais de mon point de vue, les solutions que Yomoni et Nalo offrent pour moi les meilleures solutions d’investissement, car, elles permettent d’investir avec une part d’obligations plus importantes et moins de fond euro. 

Les profils intéressants de Yomoni sont les profils P6, P7 ou P8 ou sur Nalo vous pouvez choisir entre 50 et 70 % d’actions. Je le répète si vous souhaitez investir à 100 % dans les actions, l’assurance vie n’est pas optimale, c’est pourquoi je propose d’utiliser les profils qui permettent de conserver des obligations.

Yomoni profil
Yomoni profil

Nalo offre d’autres solutions qui permettent, par exemple, d’investir dans des sociétés socialement responsables ou les énergies renouvelables. Nalo permet également de prévoir l’évolution de votre profil de risque pour sécuriser vos gains avec une réduction progressive de la part d’actions.

À noter que les coûts seront similaires pour toutes les fintechs, par exemple :

  • Yomoni : 1,60 % de frais
  • Nalo : 1,65 % de frais
  • WeSave : 1,5 % de frais

Limiter les frais avec la gestion libre

Pour limiter les frais, vous pouvez également investir au travers d’une assurance vie en gestion libre. Par exemple, Boursorama ou encore Bourse Direct offrent des frais entre 0,6 % et 0,75 % en gestion libre. Il faut ajouter à cela, les frais des fonds ou des ETF que vous utiliserez, si vous décidez d’en utiliser.

Cependant, c’est à vous d’investir. Le plus simple et le moins cher est d’investir dans des ETF actions et des ETF d’obligations. Je ne peux pas vous donner de liste, car chaque assurance vie donne accès à différents ETF.

Bonus & Parrainages

Les liens ci-dessus sont des liens de parrainages, grâce à ces liens, vous pouvez obtenir :

  • Sur Yomoni, vous pouvez obtenir entre 50 € et 350 € (entre 50 € et 150 € pour moi) à partir de 5 000 € d’investissement
  • Pour Nalo, vous aurez 3 mois de gestions offertes (et moi de même)

Je n’ai pas le droit de mettre directement le lien du parrainage Boursorama, mais je vous invite à le demander. Vous pouvez obtenir entre 80 € et 130 € pour l’ouverture d’un compte et 50 € pour l’ouverture d’une assurance vie.

Aucune offre de parrainage n’est disponible sur Bourse Direct pour profiter de leur gestion libre. Mais des offres existent pour vous lorsque vous ouvrez une assurance vie avec 20 % d’unité de comptes minimum (120 € pour 3 000 € à 10 000 € et 170 € au-delà).

Conclusion

Comme nous l’avons vu dans cet article, l’assurance vie est polyvalente, elle permet de placer son épargne de précaution à un rendement bien supérieur au Livret A.

En plus d’être la manière la plus simple de faire un investissement long terme, elle offre des avantages fiscaux intéressant après 8 ans de détention. Et enfin, elle a des atouts importants pour transmettre du patrimoine dans le cas d’une succession.

À votre tour, avez-vous une stratégie particulière avec votre assurance vie ? Si vous n’avez pas d’assurance vie, qu’est-ce qui vous freine ?

N’oubliez pas de partager cet articleà vos proches et à vos amis pour leur faire découvrir les avantages de l’assurance vie !

Surtout, inscrivez-vous à la newsletter juste en dessous ! Vous aurez accès au groupe de discussion privé et aurez du contenu exclusif. Suivez le blog sur Facebook et Twitter pour être tenu au courant des prochaines publications.

Si vous avez des questions ou des remarques, je me ferai un plaisir de vous répondre en commentaire. Vous pouvez également me faire un retour rapide grâce au système d’étoile !